Suivez les mises à jour par mail

TRADUIRE EN :

Rechercher dans ce blog


Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s

APPEL AUX DONS

baraka Allah oufikoum
Le Pakistan a besoin de vous : Faites un don à l'association PAK CHARITY


Inscrivez vous à notre newsletter

4 musulmans kenyans ont fait du vélo de Nairobi à La Mecque pour le pèlerinage


Le Hajj est l’un des cinq piliers de l’islam et les musulmans du monde entier entreprennent ce voyage béni vers la Terre Sainte de La Mecque. Comme nous le savons tous, le Hajj est un devoir religieux obligatoire pour tout musulman physiquement et financièrement capable.


Des gens de tous âges ont entrepris ce saint voyage en dépit de toutes les difficultés. Traditionnellement, les chameaux étaient utilisés pour le transport intérieur en Arabie pour le Hadj et les bateaux pour les voies navigables. Mais dans les temps modernes, les avions sont devenus la forme de transport la plus favorable. À l'heure actuelle, presque tous les pèlerins voyagent dans des avions.

Mais, il y a encore quelques personnes qui choisissent le chemin différent, unique et aventureux.  

Oui, certains ont choisi de pédaler depuis Londres et d'autres d'Indonésie. Nous sommes sortis de temps en temps et avons fait une recherche sur ces personnes uniques et leurs histoires. Une de ces histoires est celle de cyclistes kényans qui ont parcouru 3372 km pour effectuer le Hajj.


Un groupe de 4 cyclistes originaires du Kenya a commencé son voyage dans le Hadj le 10 juin et a traversé quatre pays, 3500 km de distance en 45 jours avant d’atteindre La Mecque il y a deux jours.
Ils ont traversé le Kenya, l’Éthiopie, le Soudan et ont atteint l’Arabie saoudite. Ils ont pris un ferry entre le port de Suakin et Jeddah en traversant la mer Rouge et ont repris leur voyage vers La Mecque. 

Le but des cyclistes est de collecter 2,50 000 dollars en œuvres de charité tout au long du parcours.  

Ils font des dons pour les  enfants nécessiteux de l’Institut Al Furqan.
 
L'équipe comprend Mohammed Zahir, le chef d'équipe, Osman Idrissa Dinda, Mohammed Salim et Anwar Mansur. Les membres de l’équipe sont des cyclistes professionnels et ont effectué une tournée d’échauffement en Tanzanie avant de commencer leur véritable voyage dans le Hajj.
 
L'équipe a également gardé une équipe de soutien avec eux, y compris un médecin et un mécanicien qui les ont accompagnés tout au long du voyage à bord de deux landcruisers.
 
Les cyclistes ont achevé leur périple il y a deux jours en arrivant à La Mecque. Ils ont non seulement achevé leur voyage épuisant mais béni, mais incitent également des millions de musulmans à penser différemment et à faire preuve de courage. 


 Le voyage n’a pas été facile du tout pour eux, ils ont dû traverser un Soudan perturbé et une Éthiopie instable. De plus, les forêts d'Afrique étaient terribles pour eux et enfin la chaleur caniculaire du désert. Ces obstacles ne les ont pas arrêtés du tout parce qu'ils avaient Allah avec eux et leur désir ardent de Hadj.
Cependant, ils ne sont pas uniques dans leur parcours, car de nombreux musulmans en font de même. Mais, leur détermination et leur choix les ont incités à entrer dans le petit club de musulmans aventureux et uniques qui ont choisi et emprunté un terrain inexploité et un chemin ardu pour rechercher les bénédictions du Tout-Puissant. 

 







Norvège : fusillade dans une mosquée, un suspect interpellé

Une personne a été blessée. La police n’a pas encore communiqué sur l’identité ou les motivations de l’auteur des tirs.


Une fusillade dans une mosquée près d'Oslo, en Norvège, a fait un blessé, ce samedi. Un suspect a été arrêté et il aurait été légèrement blessé.
Les faits sont survenus au centre islamique al-Noor, à Baerum. Des tirs ont été entendus à l'intérieur du bâtiment, et une personne a été touchée, selon la police d'Oslo. La gravité de son état est encore inconnue.


« Je conduisais lorsque j'ai entendu deux ou trois coups de feu, puis nous nous sommes rendu compte que ça venait de la mosquée. Le chaos est complet ici maintenant », a raconté un témoin à VG .

Le tireur maîtrisé avant l'arrivée de la police


La police assure ne disposer d'aucune information sur la personne interpellée. Elle se contente sur Twitter de décrire un « jeune homme à la peau blanche ».



« Un des nôtres a été touché par balles par un homme blanc avec un casque et un uniforme », a déclaré de son côté le responsable de la mosquée, Irfan Mushtaq, au journal local Budstikka . Il a ensuite précisé à la chaîne TV2 que l'homme portait plusieurs armes sur lui.
D'après lui, trois personnes se trouvaient dans la mosquée lorsque le tireur a fait irruption à l'intérieur. Selon la chaîne publique NRK, une personne est parvenue à maîtriser l'assaillant avant l'arrivée des forces de l'ordre.

Les services de sécurité de la police norvégienne (PST) ont indiqué « suivre les événements ». « Il est trop tôt pour tirer des conclusions », a déclaré à la chaîne publique NRK le responsable de l'information des PST, Martin Bernsen.



 

TÉMOIGNAGE EFFROYABLE D'UNE EX PÈLERINE

Hier lundi, c'est un sujet qui devait être traité à l'émission le salon du croyant, mais nous n'avons pu prendre les dispositions à temps. 

Écoutez cette dame narrer son histoire est difficile à supporter, tant elle est allée très loin dans la bêtise humaine au point de profaner un corps pour assouvir ses desseins. 

Nous reviendrons sur tous les détails le jour où l'émission sera programmée et vous le saurez In Shaa Allah. Et la dame même explique qu'après cet acte odieux, elle s'est rendu 3 fois à la Mecque, mais durant ses séjours, elle n'a jamais vu la Kaaba. 

Pendant que les autres voient la Maison Sacrée, elle ne voit que du vide. 

Déboussolée et ne sachant plus que faire, elle se tourne vers l'émission pour espérer recevoir des recettes pour se libérer de ce fardeau. 


L'objectif ici n'est pas la juger mais d'offrir son témoignage comme un miroir à chacun de nous...

Comme nous n'avons pas pu présenter l'émission hier et que le consultant même part au Hadj demain, j'invite humblement tous les candidats aux pèlerinage à laver leur coeur, purifier leur intention, réparer leur tord, demander humblement et sincèrement pardon avant de partir et faire un repentir sincère avec un engagement irréversible de ne plus tremper les mains dans les péchés après le Hadj...

Voici une femme mariée qui a eu des rapports sexuels avec un gardien de morgue pour pouvoir introduire un talisman dans la bouche d'un cadavre sur recommandation de son charlatan-marabout, parce qu'elle voulait contrôler son époux, sous prétexte qu'il écoutait trop ses grands enfants issus de son premier mariage et quel est le résultat aujourd'hui? 

Après ce sacrilège, les jours qui ont suivi, le monsieur a perdu 2 enfants, un devenu fou et le 4 ème devenu extrêmement pauvre. Personnellement si cette dame n'avait pas déjà saisi les imams pour son cas et passé à la Radio à l'époque, j'aurais dis que c'était une affabulation parce que dans ses explications, le corps aurait recraché 3 fois le talisman et elle a été obligée de coudre sa bouche avec une aiguille et un fils que lui a donné le gardien et quand elle a fini, des larmes ont coulé sur les joues du cadavre, mais tellement absorbée par le diable, elle a donné dos. 


Ça paraît tellement surréaliste et inacceptable. Elle était déjà passée expliquer son cas à l'époque aux Imams, mais 3 pèlerinages de suite sans voir la Kaaba, elle ne sait plus que faire. 

Soyez sincères et ne vous laissez pas humiliés en Terre Sacrée. J'ai été témoin de tant de faits dans ces lieux saints qui m'ont convaincu qu'on ne ruse pas avec ALLAH, des personnes qui ont fait caca sur elles-mêmes ou perdu la raison jusuqu'à la fin du Hadj parce quelles voulaient défier l'Islam. 

Que ALLAH nous facilite le repentir sincère et nous pardonne tous. 

Amine 

Hadj DIABATÉ Fousséni: Radio Al Bayane








 

Une femme assiste au hajj accompagné de ses huit fils

Dans un monde de matérialiste, une mère de huit enfants qui participe au hadj cette année pourrait être considérée comme très chanceuse d'avoir ses fils.
 
Les huit fils se font concurrence pour prendre soin de leur mère, âgée de 70 ans, afin que son pèlerinage soit le plus confortable possible.
 
Ils veulent tous gagner sa satisfaction et son amour et sont prêts à tout , même si ils doivent se disputer sans fin pour savoir à qui appartient le droit d'accomplir les rituels du hajj  avec leur mère.

 
Finalement, le plus jeune fils a proposé une solution qui a bien fonctionné pour tous: il a suggéré qu'ils le fassent à tour de rôle.  

Chaque jour, deux d’entre eux poussent son fauteuil roulant et s’occupent de ses besoins.  

Ce faisant, ils ont tous la possibilité de faire plaisir à leur mère, réalisant ainsi son désir de longue date d'accomplir le hajj.

Le frère aîné a déclaré à Okaz / Saudi Gazette qu'ils économisaient de l'argent depuis 20 ans pour venir à La Mecque et accomplir le hadj avec leur mère bien-aimée. 


 





Les femmes qui visitent les cimetières


Question :

Quel est le statut des femmes qui visitent les cimetières ?

Réponse :

Les femmes sont les égales des hommes, ce qui est permis aux hommes leur est permis.

Il en va de même pour ce qui est recommandé, sauf s'il y a une preuve particulière établissant une exception. 

Pour ce qui est de la visite des cimetières, par les femmes, il n'y a aucune preuve spécifique interdisant un tel acte, de manière générale.

Bien au contraire, dans le Sahih Muslim, un hadith relate l'histoire de 'Aisha radhi Allahou 3anha avec le Prophète Salla Allahu 'alayhi wa Salam lorsque celui-ci s'éclipsa hors de son lit.

Il s'en alla à Al-Baqî' pour saluer les défunts.
Elle sortit en le suivant.
Lorsqu'il s'en retourna, elle en fit de même.
Quand il pressa le pas, alors elle se hâta également pour réintégrer sa couche.
Il l'a rejoignit alors qu'elle haletait. - « Que t'arrive-t-il, ô 'Aish ? », lui demanda-t-il.
Ensuite, il ajouta : « Pensais-tu qu'Allah et Son Messager allaient être injustes envers toi ! Jibrîl est venu me voir tout à l'heure et m'a dit : « Ton Seigneur te salue et t'enjoint de te rendre à Al-Baqî' afin de demander pardon pour les défunts. »

Dans une variante, rapporté dans un autre ouvrage que le sahih, 'Aisha dit :

« Je doutais de toi, alors que tu pensais à autre chose, ô Messager d'Allah ! »

Elle poursuivit, comme rapporté dans le sahih :

« Ô Messager d'Allah ! Que dois-je réciter quand je visite les cimetières ? »
Il répondit : « Dis ... » et mentionna la salutation que l'on connaît. 

Quant au hadith :

« Qu'Allah maudisse les femmes qui visitent souvent les cimetières ! », il remonte à l'époque mecquoise.

En effet, le célèbre hadith :

« Je vous avais interdit de visiter les cimetières, vous pouvez le faire désormais. » laisse entendre que la prohibition avait été prononcée, non pas à Médine, mais à La Mecque.


Elle ne pouvait pas dater de l'époque médinoise parce que les compagnons venaient à peine de sortir de l'état de polythéisme. 

Quant à la parole du Prophète Salla Allahu 'alayhi wa Salam : « Vous pouvez le faire désormais. », elle peut correspondre à la période mecquoise.

Quoi qu'il en soit, l'autorisation a suivi l'interdiction formulée à La Mecque.

Ceci résulte en une chose importante par rapport au hadith de 'Aisha susmentionné.

Si on admet que le Prophète Salla Allahu 'alayhi wa Salam a dit : « Je vous avez interdit ... » après le hadith de 'Aisha, il est possible que ce dernier soit abrogé.

Mais ceci est très peu probable.

L'avis prépondérant est que c'est à La Mecque qu'il leur a défendu de visiter les cimetières.

Puis, à la fin de la période mecquoise ou au début de l'ère médinoise, il leur a dit : « Vous pouvez le faire désormais. »

Apres cette introduction, il est évident que l'interdiction s'étendait aux hommes aussi bien qu'aux femmes.

Il en va de même pour l'autorisation.

Ceci étant, quand le hadith : « Qu'Allah maudisse les femmes qui visitent souvent les cimetières ! » a-t-il été prononcé ?

Si c'est après l'autorisation qui leur a été donnée, cela signifiera que l'abrogation a été formulée à deux reprises par rapport aux femmes.

Or, c'est là une chose que nous n'avons jamais rencontrée dans les lois abrogées. 

En dernier lieu : imaginons un instant que le Prophète Salla Allahu 'alayhi wa Salam dise : « Qu'Allah maudisse les femmes qui visitent souvent ...» après qu'il leur a donné l'autorisation en même temps que les hommes.


Quelle sera la position du hadith de 'Aisha dans lequel il lui accorde la permission, suite à une sollicitation de sa part ? Était-ce avant ou après avoir dit : « Qu'Allah maudisse ... » ?

Si on répond « avant », ce qui à notre avis est le plus vraisemblable, nous ajouterons que c'est une interdiction spécifique faite aux femmes de visiter les cimetières d'une manière particulière.

Il s'agit de faire des visites exagérées, répétées et fréquentes. 

Par ailleurs, comment la visite des cimetières par les femmes pourrait-elle être interdite, alors que 'Aisha n'a cessé de s'y rendre, même après la mort du Prophète Salla Allahu 'alayhi wa Salam ?

Extrait du livre de Fatwa contemporaines de Shaykh Al-Albani RahimahuLlah page 361/363.
Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني









INFORMATIONS

Inscrivez vous à notre Newsletter






Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s

Bienvenue, cliquez ici pour rentrer sur la boutique :