TRADUIRE EN :


Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s


Le Pakistan a besoin de vous : Faites un don à l'association PAK CHARITY

Inscrivez vous à notre newsletter

Rechercher dans ce blog

Angoisse alors que le Sri Lanka force les musulmans à incinérer les victimes du COVID-19 | Sri Lanka


La crémation forcée de deux musulmans infectés par COVID-19 au Sri Lanka a envoyé des ondes de choc parmi la communauté minoritaire, qui a accusé les autorités de violer les rites funéraires islamiques.

Bishrul Hafi Mohammed Joonus, une 73année vieux homme de la capitale Colombo décédé COVID19, a été le deuxième musulman à avoir été incinéré dans la nation insulaire de l’océan Indien, qui a inscrit 151 cas à ce jour.


Plus:
Le fils de Bishrul, Fayaz Joonus, 46 ans, a déclaré que son père, qui avait une maladie rénale, avait été testé positif au virus il y a environ deux semaines. Il est décédé le 1er avril et a été incinéré le lendemain.

Fayaz a déclaré qu’ils ne pouvaient pas faire des prières funéraires de la congrégation, appelées Janazah, pour son père en raison de la peur des infections.

« Mon père a été emmené dans un véhicule sous la supervision des forces de police et a été incinéré. Nous avons fait quelques prières à l’extérieur de la morgue, mais ce n’était pas une Janazah que nous, musulmans, faisons habituellement », a déclaré Fayaz à Al Jazeera.

« Le gouvernement doit prendre des dispositions pour que nous, musulmans, puissions enterrer nos proches conformément à nos rites funéraires islamiques. »
La crémation des musulmans a provoqué de l’angoisse dans la communauté [Al Jazeera]
« S’il y a une option d’enterrement, notre gouvernement devrait s’adapter. La crémation n’est pas la seule option, nous voulons enterrer nos proches selon la voie islamique », a-t-il déclaré à Al Jazeera.
Le ministère de la Santé du Sri Lanka a publié mardi des directives COVID-19 disant que la procédure standard d’élimination des corps devrait être la crémation. Il a renversé une directive antérieure qui autorisait l’enterrement musulman traditionnel.

Il a également déclaré que le corps ne devrait pas être lavé et placé dans un sac scellé et un cercueil, contrairement à la pratique islamique de laver le corps.



Amnesty demande aux autorités de mettre fin à l’incinération forcée

Les dirigeants et militants musulmans ont souligné que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) autorise à la fois l’enterrement ou l’incinération des personnes décédées à cause de la pandémie.

Un éminent avocat, Ali Sabry, a déclaré dans un article sur Facebook qu’il était déçu de la décision des autorités d’incinérer des corps de musulmans, car elle ne respectait pas les directives de l’OMS, qui stipulent qu’un corps peut être enterré ou incinéré.

Les incinérations forcées ont envoyé des ondes de choc dans la communauté musulmane du Sri Lanka [Al Jazeera]
Sur les quatre personnes décédées des suites de COVID-19, deux étaient des musulmans. La crémation des musulmans a provoqué de l’angoisse dans la communauté.

« La communauté musulmane considère cela comme un programme raciste de forces bouddhistes extrémistes qui semblent tenir le gouvernement en rançon », a déclaré à Al Jazeera Hilmy Ahamed, vice-président du Conseil musulman du Sri Lanka.

« Les directives émises par l’OMS sont appliquées par la Grande-Bretagne, la plupart des pays européens, Singapour, Hong Kong et toutes les nations musulmanes [except for Sri Lanka] », at-il expliqué à Al Jazeera.

Amnesty International a également appelé les autorités à « respecter le droit des minorités religieuses à effectuer les rites finaux » selon leurs propres traditions.

« En ces temps difficiles, les autorités devraient rapprocher les communautés et ne pas creuser les divisions entre elles », Biraj Patnaik, directeur pour l’Asie du Sud à Amnesty International, a déclaré dans un communiqué.

« Les proches en deuil des personnes décédées à cause de COVID-19 devraient pouvoir faire leurs adieux à leurs proches comme ils le souhaitent, en particulier lorsque cela est autorisé par les directives internationales. »

Les musulmans représentent 10% des 21 millions d’habitants du Sri Lanka. Mais leurs relations avec la majorité des bouddhistes cinghalais se sont détériorées dans les années qui ont suivi la fin de la guerre civile en 2009, au cours desquelles des groupes bouddhistes purs et durs ont été accusés de plusieurs attaques contre les entreprises et les lieux de culte musulmans


Suite aux attaques meurtrières d’avril 2019 qui ont tué plus de 250 personnes, Les musulmans sont confrontés à une hostilité accrue de la part de la majorité cinghalaise.

Une organisation musulmane peu connue a été accusée de la pire attaque de la nation insulaire depuis la guerre civile entre les forces gouvernementales et les combattants séparatistes tamouls.

« C’est juste pour nuire aux sentiments de la minorité », a déclaré à Al Jazeera Azath Salley, chef du parti politique de l’Alliance pour l’unité nationale et ancien gouverneur de la province de l’Ouest.


«Sentiments anti-islamiques»

La méthode d’élimination du corps est devenue un grand sujet de discussion dans le pays, avec une section des médias accusée de diriger des « anti-musulmans hystérie« et en montrant du doigt les musulmans pour la propagation du virus.

Nalaka Gunawadenne, un analyste des médias, a déclaré au milieu de la pandémie de COVID-19, qu’il est très inquiétant et décourageant de voir des sentiments anti-islamiques et des discours de haine anti-musulmans « élever à nouveau la tête laide au Sri Lanka ».

«Il s’agit d’une urgence nationale et mondiale partagée par tous les humains, et non d’un moment mettant en évidence nos divisions culturelles. Le coronavirus ne se soucie pas de nos différences ethniques ou religieuses. Nous devons avoir peur du virus – pas les uns des autres – et nous unir pour contenir et combattre la maladie « , a-t-il déclaré à Al Jazeera.


Les responsables gouvernementaux du département des services de santé n’ont pas répondu aux appels répétés d’Al Jazeera pour commentaires.

Pendant ce temps, Fayaz, qui est dans un des centres de quarantaine de fortune à Punani dans la province orientale, a déclaré qu’il n’avait pas informé sa mère de la mort et de la crémation de son père.

« Elle a une maladie cardiaque et nous ne voulons pas la risquer. Elle ne pourra pas la supporter. »










Connaîssez votre valeur



Un père avant sa mort a dit à son fils:

 «C’est une montre que ton grand-père m'a donné et elle a plus de 200 ans, mais avant de te la donner, va au magasin des montres de la première rue et dis-lui que je veux la vendre et vois combien elle coûte ». 
Il est allé puis il est revenu chez son père et dit: "l'horloger a payé 5€ parce que c'est vieux". Il lui dit: "va au café". 
Il est allé puis il est revenu et a dit: "Il a payé 5€, son père lui dit "va au musée et montres leurs cette montre ". 
 
Il est allé ensuite est revenu, et a dit à son père" Ils m'ont offert un million d'euros pour cette pièce ".
Son père lui dit:" Je voulais te faire savoir que le bon endroit valorise.
Le fait de ne pas être au bon endroit te fait perdre ta vraie valeur
Ne restez pas à un endroit où l'on ne vous valorise pas, et si vous restez dans un endroit où on vous respecte pas c'est que vous-même vous ne vous respectez pas.
Connaîssez votre valeur.


Celui qui a trouvé la mort à la suite d'une épidémie


Qui sont les martyrs, quel est leur nombre dans le hadith.

L'épileptique en fait-il partie selon le hadith de la femme qui a demandé au Prophète صلى الله عليه وسلم d'implorer Allah pour la guérir car elle se découvrait lors de ses crises d'épilepsie, et est-ce que ce hadith s'adresse à la nation de Mohammad en général ou à ladite femme en particulier ?

Réponse :

Le vrai martyr est celui qui meurt ou se blesse et meurt de sa blessure dans une bataille menée pour la cause d'Allah. Egalement, d'autres peuvent être martyrs, selon ce qu'a été rapporté par Al-Boukhârî d'après Abou Hourayra (Qu'Allah soit satisfait de lui), que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :  

"Les martyrs sont de cinq types :
Celui qui a trouvé la mort à la suite d'une épidémie ;
Celui qui est décédé à la suite d'une maladie abdominale ;
Celui qui a succombé à une noyade;
Celui qui est mort sous les décombres ;
Et celui qui a péri en combattant pour la cause d’Allah."

Al-Boukhârî a donné comme titre au chapitre sur les martyrs : (chapitre : Les martyrs sont de sept types en dehors de celui qu'on tue). 




Dans ce titre, il a mentionné le nombre évoqué dans le hadith rapporté par Mâlik d'après la version de Djâbir ibn `Otayk que le Prophète صلى الله عليه وسلم vint rendre visite à `Abd-Allah ibn Thâbit et récita donc le hadith, où il est dit : 

"Qui, parmi vous, est, à votre avis, considéré comme martyr?"
Ils dirent: "Celui qui trouve la mort pour la cause d’Allah."

Et aussi :  

"Les martyrs sont de sept types en dehors de celui qui a trouvé la mort pour la cause d'Allah."

Il a mentionné en plus de ce qui a été indiqué dans le hadith précédent d'Abou Hourayra :

"Celui qui a trouvé la mort suite à un incendie, celui qui succombe à une pleurésie et la femme qui meurt pendant sa grossesse sont considérés comme martyrs."

Les gens des Sounan ont rapporté, et At-Tirmidhî a authentifié du hadith de Sa`îd ibn Zayd en l'élevant jusqu'au Prophète Mohammad صلى الله عليه وسلم :  

"Celui qui est tué en défendant ses biens, est un martyr.
Celui qui est tué en défendant sa religion, est un martyr.
Celui qui est tué en défendant sa vie, est un martyr. Et celui qui est tué en défendant sa famille, est un martyr."
Rapporté par An-Nasâ'î d'après le hadith de Souwayd ibn Mouqrin qui est également élevé jusqu'au Prophète Mohammad صلى الله عليه وسلم :  

"Celui qui trouve la mort en défendant son droit usurpé est au nombre des martyrs."


 



En bloc, le Prophète صلى الله عليه وسلم ne signifiait pas "limiter le nombre". Ibn Hadjar a dit dans l’ouvrage intitulé "Fath Al-Bârî" : Nous comptons, de bonnes sources, plus de vingt qualités.

Quant au hadith de la femme atteinte d'épilepsie, aucune information ne rapporte que cet avis lui est particulier.

Il devrait concerner toute personne atteinte de la même maladie patientant et attendant la récompense d'Allah jusqu'à ce qu'elle trouve la mort sur cet état.

Toutefois, nous ne savons aucune preuve ayant démontré qu'elle faisait partie des martyrs.

La question 2 de la Fatwa numéro (6564)
(Numéro de la partie: 12, Numéro de la page: 19-20)
 Publié par alifta.net

المراد بالشهيد
س2: من هم الشهداء، وكم عددهم في الحديث، وهل مَن أصابه الصرع منهم؟ كما في حديث المرأة التي طلبت من الرسول صلى الله عليه وسلم أن يدعو لها بالشفاء من الصرع، وأنها كانت تتكشف إذا صرعت، وهل هذا عام لأمة محمد أم هو خاص بتلك المرأة؟
ج2: الشهيد الحقيقي من يموت في معركة في سبيل الله، أو يصاب فيها ويموت بجرحه، وقد يسمى غيره شهيدًا؛ لما رواه البخاري عن أبي هريرة رضي الله عنه، أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال
 الشهداء خمسة: المطعون والمبطون والغرق وصاحب الهدم والشهيد في سبيل الله
 ، وقد ترجم البخاري للشهداء بقوله: (باب الشهادة سبع سوى القتل)  ، وهذه الترجمة جاء ما فيها من العدد في حديث خرجه مالك من رواية جابر بن عتيك ، أن النبي صلى الله عليه وسلم جاء يعود عبد الله بن ثابت، فذكر الحديث، وفيه
  ما تعدون الشهيد فيكم؟ قالوا: من يقتل في سبيل الله
، وفيه
 الشهداء سبعة سوى القتل في سبيل الله
، فذكر - زيادة على ما في حديث أبي هريرة السابق
 الحريق وصاحب ذات الجنب والمرأة تموت بجمع
وروى أصحاب السنن، وصححه الترمذي من حديث سعيد بن زيد مرفوعًا
من قتل دون ماله فهو شهيد، ومن قتل دون دينه فهو شهيد، ومن قتل دون دمه فهو شهيد، ومن قتل دون أهله فهو شهيد
 ، وروى النسائي من حديث سويد بن مقرن مرفوعًا
 من قتل دون مظلمته فهو شهيد
 ، وبالجملة فالنبي صلى الله عليه وسلم لم يقصد الحصر، قال ابن حجر في فتح الباري: وقد اجتمع لنا من الطرق الجيدة أكثر من عشرين خصلة. أما حديث المرأة التي كانت تصرع فلم يرد ما يدل على أن الحكم يخصها، بل يرجى أن يعم أمثالها ممن أصيب بالصرع فصبر واحتسب حتى مات على ذلك، أما عدها من الشهداء فلا نعلم أنه ورد ما يدل على ذلك
وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم
السؤال الثاني من الفتوى رقم - 6564
(19-الجزء رقم : 12، الصفحة رقم: 20)

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء












"réa" et de "ventilation" ??





On parle énormément de "réa" et de "ventilation" mais la plupart des gens ne semblent pas vraiment savoir de quoi il s'agit. Il ne s'agit pas d'un masque à oxygène posé sur la bouche pendant que vous terminez La Recherche du Temps Perdu.
La ventilation invasive pour le covid (intubation qui se fait sous anesthésie générale) consiste à rester 2/3 semaines immobile, souvent sur le ventre ("décubitus ventral"), avec un tuyau enfoncé dans la bouche jusque dans la trachée et qui vous permet de respirer au rythme de la machine auquel il est attaché. 
Vous ne pouvez pas parler ni vous nourrir ni rien d'autre de façon naturelle. 
La gène et la douleur nécessitent l’administration de sédatifs et analgésiques pour assurer la tolérance du tube par le patient pendant la durée de la prise en charge ("coma artificiel").
En une vingtaine de jours de ce doux traitement pour un patient jeune (40 ans), la perte de masse musculaire est d'environ 40% et la rééducation de 6 à 12 mois, souvent associée à des traumatismes de la bouche ou des cordes vocales.
C'est pour cette raison que les personnes âgées ou déjà affaiblies sont souvent incapables de tenir physiologiquement.









MERCI CORONA!



MERCI CORONA!
 
Oui, merci Corona,
 
Tu as mis sur le même pied d’égalité le pauvre et le riche, le gouverneur et le gouverné, le politicien et le citoyen, le policier et le républicain...
 
Tu as fait en sorte que la famille se fasse enfin connaissance, que les parents découvrent enfin leurs enfants,
 
 
 
Tu nous a montré à quel point on était des ingrats face aux multiples bienfaits,
 
Comment on manquait de remerciements.
 
Tu nous as montré nos priorités dans nos vies,
 
Tu nous as montré la réalité de nos faiblesses, notre impuissance et notre force mensongère.
 
Une force qu’a été vaincu par un infime virus .
 
Merci corona pour toutes ces leçons.
 
Et il a échoué celui qui n’a pas appris de ce genre de leçons si difficiles pourtant si claire.
 
 
 
 
 


Suivez les mises à jour par mail


Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s


Le Pakistan a besoin de vous : Faites un don à l'association PAK CHARITY

Inscrivez vous à notre newsletter