Suivez les mises à jour par mail

TRADUIRE EN :

Rechercher dans ce blog


Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s

APPEL AUX DONS

baraka Allah oufikoum
Le Pakistan a besoin de vous : Faites un don à l'association PAK CHARITY


Inscrivez vous à notre newsletter

Fraude : 780 tonnes de "faux steaks hachés" distribuées aux plus démunis


C'est un nouveau scandale alimentaire qui éclate à destination, cette fois, des plus démunis. 780 tonnes de faux steak leur ont été distribués. Une nouvelle tromperie en bande organisée.

 

Depuis juillet 2018, 780 tonnes de steaks hachés ont été livrées à La Croix Rouge, Les Restos du Cœur, le Secours Populaire Français, et la Fédération française des banques alimentaires, des associations venant en aide aux plus démunis. Au total, un achat groupé de steaks hachés d'une valeur de 5,2 millions d'euros.

Mais les associations ont donné l'alerte au mois de mars : le goût, la couleur et la texture du steak haché ne leur paraissaient pas habituelles. Après avoir suspendu la distribution, elles ont fait analyser ces steaks par les services de la répression des fraudes. Et le verdict est sans appel : ces steaks ne contenaient pas de la viande mais du gras, pas du muscle mais de la peau. Le tout mixé avec du soja et de l'amidon, des produits non-autorisés dans des steak hachés, avec un réemploi aussi de viande transformée. 



En fait, il s'agissait de tout sauf de la vraie viande. Ces matières premières, de très mauvaise qualité, ne présentent pour autant aucun danger pour la santé. L'entreprise française incriminée a malgré tout réussi à écouler près de 7 millions de steaks hachés. Elles les a fait fabriquer en Pologne pour, selon l'enquête, baisser ses coûts de production et augmenter sa marge. Autrement dit, pour se faire de l'argent sur le dos des plus démunis. Les fraudeurs encourent 2 ans de prison et 1,5 million d'euros d'amende pour tromperie et fraude en bande organisée.


Invitée sur RTL,  Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances a annoncé que l'État allait saisir la justice. "Il est hors de question que ce type d'attitude se reproduise", a indiqué la secrétaire d'État. "C'est un message envoyé aux entreprises : c'est du pénal, on va jusqu'à deux ans de prison, plus d'un million d'euros d'amende. On va transmettre au procureur", a-t-elle assuré.

 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

INFORMATIONS

Inscrivez vous à notre Newsletter






Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s

Bienvenue, cliquez ici pour rentrer sur la boutique :