TRADUIRE EN :


Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s


Le Pakistan a besoin de vous : Faites un don à l'association PAK CHARITY

Inscrivez vous à notre newsletter

Rechercher dans ce blog

INFOS : Tsunami en Indonésie : plus de 1500 morts et toujours un milliers de disparus

 

 N'oubliez pas nos soeurs et nos frères indonésiens dans vos invocations

 

Les équipes de sauveteurs mènent les recherches de la dernière chance pour trouver des survivants, une semaine après le séisme suivi d'un tsunami qui a frappé l'île des Célèbes.

Une semaine après le séisme, suivi d’un tsunami, qui a frappé l’île des Célèbes, en Indonésie, les sauveteurs sont lancés dans les recherches de la dernière chance. Alors que les autorités s'étaient fixées initialement jusqu'à ce vendredi pour tenter de retrouver des survivants sous les décombres, il leur reste peu d’espoir. 

Le dernier bilan annoncé par le porte-parole de l'armée à Palu, ville de 350.000 habitants dévastée par la catastrophe, fait état de 1.558 morts. Des centaines de corps ont été inhumés dans une fosse commune afin de prévenir le risque de propagation de maladies, à craindre dans ce climat tropical.
Par ailleurs, le porte-parole de l’agence de gestion des catastrophes indique que, dans le quartier de Balaroa, « plus de 1.000 maisons ont été ensevelies, donc il y a probablement encore plus de 1.000 disparus ». Il ajoute qu’« il y a une possibilité que certains aient réussi à sortir ».

Un signe de vie, puis plus rien

Vendredi, à Palu, les sauveteurs concentraient leurs efforts sur six sites, dont une plage et le quartier de Balaroa. A l'hôtel Mercure, sur le front de mer, qui a subi de gros dégâts, les équipes de secours indonésiennes et françaises s’avouaient frustrés en reprenant les recherches. Ils ne détectaient plus les signes de vie qu’ils avaient repéré la veille sous les décombres grâce à des chiens et des scanners.

« Il pouvait y avoir une victime et qui est maintenant décédée, on avait simplement le signal du rythme cardiaque et de la respiration (...) ça veut dire que c'était quelqu'un qui était vraiment immobile, confiné » expliquait Philippe Besson, président de l'ONG française Pompiers de l'urgence internationale. « aujourd'hui, on n'a plus de signal ».

Les habitants préfèrent dormir dehors

Une semaine après la catastrophe meurtrière, de nombreuses routes sont toujours fermées, le sol est jonché de débris laissés par le tsunami et de nombreux habitants traumatisés préfèrent dormir dehors dans la crainte de nouvelles secousses. Les foyers qui pleurent un mort le signalent par un drapeau improvisé, fait d’une taie d'oreiller ou d’une couverture.
Les premiers signes de retour à la normale apparaissent néanmoins. Des enfants jouent dans les rues et l'électricité remarche dans certains quartiers. Mais pour que la zone se remette de ce désastre «ça prendra des années», remarquait Azhari Samad, agent d'assurances de 56 ans. Comme de nombreux habitants, il se préparait à se rendre à la prière du vendredi, qui a rassemblé une large foule de fidèles dans la ville endeuillée.





 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Suivez les mises à jour par mail


Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s


Le Pakistan a besoin de vous : Faites un don à l'association PAK CHARITY

Inscrivez vous à notre newsletter