Suivez les mises à jour par mail

TRADUIRE EN :

Rechercher dans ce blog


Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s

Le Pakistan a besoin de vous : Faites un don à l'association PAK CHARITY


Inscrivez vous à notre newsletter

Sorties scolaires : le Sénat vote pour l’interdiction du port du voile pour les mères accompagnatrices




Le Sénat a adopté, dans le cadre du projet de loi sur l’école, un amendement qui interdit le port de signes religieux ostentatoires pour les accompagnants, lors des sorties scolaires. Le ministre Jean-Michel Blanquer s’y est opposé mais s’est montré sensible au sujet. La gauche dénonce le risque de « stigmatisation ».

Rejeté à l’Assemblée, il revient par le Sénat. Les sénateurs ont adopté, dans le cadre de l’examen du projet de loi sur « l’école de la confiance », un amendement LR qui vise à interdire le port du voile pour les accompagnatrices, généralement les mères des élèves, lors des sorties scolaires. Au Palais Bourbon, le député LR Eric Ciotti avait déjà tenté de faire adopter une telle mesure, défendue par une partie de la droite depuis longtemps.

« Obligation de neutralité religieuse à l'école »

L’amendement ne cite pas explicitement le voile. Il complète le code de l’éducation qui affirme déjà que « dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit », en y ajoutant les « sorties scolaires ».
« Cet amendement vise à combler un vide juridique concernant l’application du principe de laïcité lors des sorties scolaires » a expliqué la sénatrice LR du Val-d’Oise, Jacqueline Eustache-Brinio, qui a défendu l’amendement. La sénatrice entend rappeler « l'obligation de neutralité religieuse à l'école » 


« Le port d’un signe religieux ostentatoire rompt avec l’harmonie entre les Français »

La sénatrice du groupe Union centriste, Sylvie Goy-Chavent, a aussi défendu le principe de l’interdiction. « Pourquoi porter un signe religieux ostentatoire pose problème ? Car cela rompt avec l’harmonie entre les Français, quelle que soit leur origine, parce que ça choque en réalité. Notre rôle n’est de pas d’autoriser par la loi ce qui alimente cette rupture d’harmonie et alimente les haines ».



La sénatrice UDI de l’Ain ajoute : « Le voile, quel qu’il soit, n’est pas un simple accessoire de mode ou vestimentaire (…), il est un signe ostentatoire d’appartenance religieuse ».

Blanquer : « Cela poserait tout un tas de problèmes pratiques, qui iraient à l’encontre du développement des sorties scolaires »

Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, s’est montré sensible au sujet, mais s’est opposé à l’amendement des sénateurs LR. Lors du retour du texte devant l’Assemblée, il pourra le supprimer avec l’appui de la majorité LREM.



Jean-Michel Blanquer souligne que la mesure « contreviendrait à un avis récent du Conseil d’Etat et poserait tout un tas de problèmes pratiques, qui iraient à l’encontre du développement des sorties scolaires ». Il ajoute :
« Il pourrait y avoir quelque chose de contre-productif en ayant une mesure législative en la matière. Mais je respecte ceux qui pensent le contraire ».
Il assure vouloir faire « tout ce qui est dans (son) pouvoir pour avoir une plus grande convergence entre les parents et l’école, (…) et que sur le terrain, nous ayons des sorties scolaires avec des parents qui n’ont pas de signe ostentatoire ». Jean-Michel Blanquer renvoie la responsabilité sur les directeurs d’école, à qui il « recommande » d’avoir « le plus possible de situations où il n’y a pas de signe ostentatoire. Ça doit être vrai de la part des élèves, ça doit être vrai, le plus possible, de la part des parents ». Mais « ceci ne doit pas aller, à mon sens, jusqu’à l’interdiction légale » a répété le ministre.
Le sénateur LR de l’Oise, Olivier Paccaud, a accusé le ministre d’« avoir une défense de la laïcité à géométrie variable ». Le rapporteur LR du texte, Max Brisson, a appelé à avoir « du courage » plutôt que « demander aux directeurs d’établissement de trancher ».

La gauche dénonce de « vieilles obsessions »

La gauche a dénoncé pour sa part l’amendement, soulignant le risque de stigmatisation, et celui de voir, dans certains quartiers, l’organisation de sorties scolaires rendue impossible. « La laïcité ne doit pas servir de prétexte à tout est n’importe quoi » a mis en garde la sénatrice PS des Hautes-Pyrénées, Viviane Artigalas. « Il y a des quartiers où il n’y aura plus de sorties scolaires » a prévenu son collègue socialiste Jean-Louis Tourenne.
La sénatrice PS d’Ille-et-Vilaine, Sylvie Robert, a dénoncé de « vieilles obsessions, qui font qu’on déplace le débat », « ce n’est pas un débat juridique, c’est un débat politique ». Sophie Taillé-Polian, sénatrice Génération.s, a souligné qu’il s’agit avant tout « de parents, ils tiennent la main de l’enfant, lui disent de faire attention quand il traverse » (voir vidéo ci-dessous). Pour la sénatrice du Val-de-Marne, « il faut faire en sorte que la diversité puisse s’exprimer, sans qu’il y ait de stigmatisation ».






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

INFORMATIONS

Inscrivez vous à notre Newsletter






Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s

Bienvenue, cliquez ici pour rentrer sur la boutique :