Suivez les mises à jour par mail

TRADUIRE EN :

Rechercher dans ce blog


Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s

APPEL AUX DONS

baraka Allah oufikoum
Le Pakistan a besoin de vous : Faites un don à l'association PAK CHARITY


Inscrivez vous à notre newsletter

L’association R’éveil annonce la démission de Myriam Cattoire suite à la discrimination de femmes voilées



Myriam Cattoire n’est plus présidente de l’association R’éveil, qu’elle a pourtant fondée en 1995. C’est l’association elle-même qui l’annonce dans un communiqué publié ce mardi  : « Mme Cattoire a adressé hier sa démission de ses fonctions de présidente du conseil d’administration, qui s’est réuni ce jour et l’a accepté », explique ce court texte signé par Walter Citerne, nommé président à titre provisoire.

La pression était très forte sur l’association qui était embarquée bien malgré elle dans la polémique née des propos de Myriam Cattoire ce samedi à Croix. Une vidéo postée sur les réseaux sociaux, et vue plusieurs centaines de milliers de fois, a en effet révélé qu’elle avait refusé de vendre un emplacement de braderie à deux femmes au motif qu’elles portaient le voile islamique



« Je préfère pas, ça me cause du tort », avait-elle répondu de manière très agressive aux deux sœurs qui lui demandaient des explications. Les victimes de cette discrimination ont ensuite porté plainte dimanche au commissariat de Roubaix. Le collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) a publié lundi soir le témoignage des deux femmes, présentées comme étant Fatiha et Aicha.
« L’association se désolidarise totalement des propos tenus par sa présidente fondatrice »
Devant l’ampleur de l’indignation soulevée par cette affaire, pas seulement chez les musulmans mais aussi au-delà, Myriam Cattoire avait dans un premier temps présenté ses excuses. Pas suffisant semble-t-il pour l’association R’éveil, au bénéfice de laquelle cette braderie est organisée, et qui pouvait pâtir de l’affaire. 

La structure affirme dans son communiqué qu’elle « se désolidarise totalement des propos tenus par sa présidente fondatrice ». Et précise qu’elle « œuvre depuis près de vingt-cinq ans pour l’écoute, l’entraide et l’accompagnement de toute personne traumatisée crânienne et cérébrolésée et leurs familles, sans distinction de sexe, de confession, d’ethnie ou de culture ».

Une triste sortie de piste, au final, pour cette femme de 68 ans qui avait reçu la Légion d’honneur en 2012 pour distinguer son engagement associatif.


 




 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

INFORMATIONS

Inscrivez vous à notre Newsletter






Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s

Bienvenue, cliquez ici pour rentrer sur la boutique :