TRADUIRE EN :


Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s


Le Pakistan a besoin de vous : Faites un don à l'association PAK CHARITY

Inscrivez vous à notre newsletter

Rechercher dans ce blog

INFOS : Suisse : Cimetière musulman profané, les auteurs ne seront pas inquiétés

Le carré musulman du cimetière du Bois de Vaux à Lausanne avait été la victime de profanations dans la nuit du 13 au 14 octobre 2017. Plus de trois mois après ces actes islamophobes, le Ministère public de Lausanne s’apprête à rendre sa décision.

Le carré musulman de ce cimetière avait été inauguré en avril 2016. 15 tombes du seul carré musulman de tout le canton ont été profanées : tags haineux, fleurs détruites, pupitres en bois avec les noms des défunts, arrachés et jetés…



De nombreuses familles ont été touchées par ces actes immondes et une enquête avait été ouverte par le Ministère public de Lausanne. 3 mois plus tard, l’enquête ne donne rien et les auteurs courent toujours. La procureure Sandrine Chardonnens explique :

L’enquête est terminée, les auteurs demeurent inconnus ; je m’apprête à suspendre la procédure. Même si l’affaire n’est plus suivie de manière très active, les policiers resteront à l’affût d’informations qui pourraient apparaître.

Une « absence d’éléments de preuve matériels » a empêché les policiers d’identifier les auteurs de ces actes. De plus, « Le fait qu’il s’agisse d’un lieu public et de passage en continu a compliqué les investigations », explique la magistrate.

Les familles des victimes ne comprennent pas :

C’est impossible de ne rien avoir : quand on veut trouver, on trouve – surtout en Suisse, au vu des technologiques à disposition. Implicitement, c’est comme inciter à atteindre à la paix des morts : ça va recommencer, maintenant que les extrémistes qui aimeraient faire parler d’eux savent qu’ils ne prennent aucun risque d’être condamnés…


La procureure assure que le travail des enquêteurs a été conduit de manière complète :

C’est une enquête qui a été prise tout à fait au sérieux et menée de manière complète ; on ne fait en tout cas pas deux poids deux mesures. Mais il arrive parfois que l’on n’ait pas d’éléments suffisants pour identifier les auteurs d’un délit.

Pour éviter que de nouvelles profanations ne surgissent, la commune envisage la vidéosurveillance :

Nous travaillons sur un système actif uniquement lorsque le cimetière n’est plus accessible – la nuit –, et pas seulement autour de cet espace confessionnel.






 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Suivez les mises à jour par mail


Facebook/TwitterFacebook/Twitter retrouvez nous également sur Snapchat : ih2c2s


Le Pakistan a besoin de vous : Faites un don à l'association PAK CHARITY

Inscrivez vous à notre newsletter